Aller au contenu
Navigation par thématique
Menu de la section faune

Sécurité, santé et maladies

Tique d'hiver de l'orignal

La tique d'hiver de l'orignal, un parasite à surveiller


Qu'est-ce que la tique d'hiver?

La tique d'hiver (Dermacentor albipictus) est un acarien qui s'attaque principalement aux orignaux. Elle se distingue des autres tiques par sa taille imposante (jusqu'à 15 millimètres) qui atteint son point culminant vers la fin de l'hiver. Le parasitisme par la tique d'hiver chez l'orignal est un phénomène naturel présent dans plusieurs régions du Québec, mais les cas d'infestation sont actuellement rapportés de manière plus importante dans les régions situées au sud du fleuve Saint-Laurent.

Tique mâle
Tique femelle
Tique femelle gorgée de sang
Mâle
Femelle
Femelle adulte
   gorgée de sang

Cycle de vie

Entre la fin du mois de mai et le début du mois de juin, les tiques pondent leurs œufs au sol et ceux-ci éclosent durant l'été. Les larves demeurent alors inactives quelque temps puis, à l'automne, commencent à grimper et à s'accrocher à la végétation. Perchées en grappes à une hauteur d'environ 1,25 mètre, les larves s'agrippent aux animaux passant à proximité. Une fois bien installées sur l'animal, elles peuvent se nourrir du sang de leur hôte et ainsi poursuivre leur développement. Elles se transforment donc graduellement en nymphes, puis en adultes. Après l'accouplement, à la fin de l'hiver, les femelles gorgées de sang se laissent tomber au sol pour y pondre leurs œufs, puis mourir. Le cycle vital annuel de la tique d'hiver, qui ne comporte qu'un seul hôte (principalement l'orignal), peut donc recommencer.

Cycle de vie des tiques

Cliquez pour agrandir

Retour en haut

Effets sur les orignaux

Les années de fortes infestations, la tique d'hiver peut être présente par milliers sur un seul orignal et causer plusieurs problèmes aux animaux gravement affectés. Les signes cliniques, généralement visibles vers la fin de l'hiver (mois de février et mars), peuvent alors prendre différentes formes :

  • Comportement anormal
    Les orignaux s'adonnent à des séances de toilettage excessif en réponse aux vives démangeaisons qu'ils éprouvent. De plus, certains orignaux craignent moins la présence humaine, semblent perdus ou confus, cessent de s'alimenter ou s'aventurent hors de leur habitat naturel.

  • Perte de poids et diminution de leur condition physique

  • Perte de poils et formation de plaies

  • Perte de sang

Les effets cumulatifs de ces différents facteurs, combinés aux rigueurs climatiques, peuvent affecter la santé des orignaux, les rendre plus vulnérables à la prédation, au braconnage et aux accidents routiers, par exemple, et entraîner la mort de certains orignaux gravement atteints. Les jeunes orignaux sont particulièrement vulnérables.

Crédit photo : Serge Simoneau

Retour en haut

La tique d'hiver peut-elle affecter d'autres espèces?

La tique d'hiver peut affecter plusieurs espèces d'ongulés, mais l'orignal semble l'être davantage.

Pourquoi?

La période du rut chez l'orignal (vers la fin du mois de septembre) coïncide avec la période d'abondance des larves de tiques sur la végétation. Les nombreux déplacements des orignaux durant cette période augmentent donc les risques de contracter le parasite.

De plus, l'orignal présente des habitudes de toilettage différentes et moins efficaces que celles du cerf de Virginie, par exemple, et réagit plus tardivement aux premiers signes d'infestation. Par conséquent, les tiques, plus nombreuses et bien accrochées, sont plus difficiles à déloger.

Crédit photo : Michel Mongeon, MRN

Retour en haut

Quels sont les risques pour la santé?

Contrairement à la tique à pattes noires (Ixodes scapularis), qui est susceptible de transmettre à l'humain la bactérie (Borrelia burgdorferi), responsable de la maladie de Lyme, la tique d'hiver n'est pas un vecteur de maladies transmissibles à l'humain. De plus, la viande provenant d'orignaux infestés par la tique d'hiver est propre à la consommation.

Tique à pattes noires. Crédit photo : courtoisie INSPQ - LSPQ

Quelques mesures de précaution

Bien que les cas de piqûres de tiques d'hiver sur des humains soient rares et sans danger, il est suggéré d'adopter certaines mesures de précaution lors de la manipulation de toute carcasse d'animaux sauvages :

  • Portez des gants, des vêtements longs et des chaussures fermées;
  • Appliquez un insectifuge sur vos vêtements;
  • Effectuez un auto-examen (corps et vêtements) après chaque manipulation. Un cycle de séchage à haute température détruira les tiques présentes sur vos vêtements;
  • Tenez votre animal de compagnie à l'écart des carcasses ou résidus de carcasses;
  • Jetez aux ordures ou détruisez les résidus de carcasses (peau et poils non traités) afin de limiter les risques de propager les tiques aux autres animaux;
  • Si vous décelez une tique attachée à votre peau, communiquez avec la Direction de santé publique de votre région pour savoir comment retirer une tique de manière efficace et sécuritaire.

Actions du Ministère

Le Ministère procède à la collecte de données dans certaines stations d'enregistrement du gros gibier. La collaboration des chasseurs est donc précieuse. Nous invitons également les citoyens à signaler au ministère tout cervidé sauvage malade ou au comportement inhabituel dans les plus brefs délais.

Pour signaler un animal malade : SOS braconnage : 1 800 463-2191

Retour à Sécurité, santé et maladies