Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Québec.ca A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Le gouvernement du Québec réaffirme le caractère exceptionnel de l’île d’Anticosti en agrandissant son territoire protégé

Port-Menier, le 17 août 2018. – Le gouvernement du Québec annonce son intention de créer trois réserves de biodiversité sur l’île d’Anticosti, ce qui ferait passer de 7,75 % à 22,46 % la superficie terrestre protégée de l’île. Il s’agit de la réserve de biodiversité projetée de la Pointe-Ouest, de la réserve de biodiversité projetée de la Rivière-Jupiter et de la réserve de biodiversité projetée de la Pointe-Est, qui couvrent une superficie totale de 1 187 km2. Les travaux nécessaires à la protection officielle de ces territoires sont déjà enclenchés.  

Fort des engagements gouvernementaux pris au cours de la dernière année, le réseau d’aires protégées du Québec est appelé à passer de 9,40 % à 10,29 %. Les écosystèmes terrestres et d’eau douce sont protégés à 9,99 % et augmenteront à 10,78 % (l’objectif est fixé à 17 % d’ici 2020), alors que la proportion des milieux marins protégés passera de 3,65 % à 4,31 % (objectif : 10 %). Quant au territoire du Plan Nord, actuellement protégé sur 10,95 % de sa superficie, il verra cette proportion atteindre 11,68 % (objectif : 20 %). 

C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui la ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Mme Isabelle Melançon, à Port-Menier. 

D’une superficie de 120 km2, la réserve de biodiversité projetée de la Pointe-Ouest permet la protection de sites fossilifères d’intérêt et d’un échantillon représentatif de l’ouest de l’île. Elle possède un fort potentiel récréotouristique. 

La réserve de biodiversité projetée de la Rivière-Jupiter, quant à elle, s’étend sur 992 km2. On y trouve notamment une rivière à saumons remarquable et emblématique de l’île. En la protégeant, on protège aussi un site d’intérêt récréotouristique, historique et culturel, et de nombreuses espèces menacées ou vulnérables. 

Enfin, la réserve de biodiversité projetée de la Pointe-Est couvre une superficie de 75 km2. Elle abrite un échantillon représentatif des tourbières de l’est de l’île. Sa désignation contribue à la protection d’une espèce floristique susceptible d’être désignée vulnérable, la gentiane des îles, et d’une espèce faunique vulnérable, le pygargue à tête blanche. 

Des consultations officielles se tiendront au sujet de tous ces projets d’aires protégées. Par contre, toutes les activités industrielles d’exploitation des ressources naturelles sont d’ores et déjà interdites, par entente administrative, sur le territoire de ces réserves de biodiversité projetées. 

Par ailleurs, un comité interministériel mis sur pied à la fin du mois de juin travaillera à déterminer les mesures de protection, de conservation et de gestion adéquates préalables à l’inscription de l’île d’Anticosti sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. En effet, les sites du patrimoine mondial doivent faire l’objet de mesures qui permettent de protéger la valeur unique de ces hauts lieux de grande richesse. Coordonné par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et par le ministère des Relations internationales et de la Francophonie, le comité interministériel est composé de représentants de sept autres ministères et organismes. 

Citation : 

« L’île d’Anticosti, qui est le meilleur laboratoire naturel du monde pour l’étude des fossiles et d’autres témoins géologiques issus de la première extinction de masse du vivant, survenue il y a près de 445 millions d’années, recèle un patrimoine naturel de grande valeur. Notre gouvernement est bien déterminé à la protéger et à la mettre en valeur. Nous avons d’ailleurs mis fin à tous les projets pétroliers et gaziers sur l’île. La constitution de ces trois nouvelles réserves de biodiversité projetées, dont le statut correspond bien à l’utilisation du territoire souhaitée par la population, constitue une étape importante. Continuons de préserver la diversité biologique au Québec : il s’agit d’une façon sûre de stocker le carbone et d’améliorer la qualité de l’air et de l’eau pour les espèces qui y vivent, pour nous et pour les générations qui nous suivront. » 

Isabelle Melançon, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques 

Faits saillants : 

  • Cette annonce de l’agrandissement du réseau d’aires protégées sur l’île d’Anticosti vient s’ajouter aux annonces faites le 8 août 2018 et aujourd’hui dans d’autres régions du Québec : 
    • Le 8 août 2018, le gouvernement du Québec a annoncé son intention d’attribuer le statut de réserve de biodiversité, un statut permanent de protection, à cinq milieux naturels de la région de l’Abitibi-Témiscamingue : il s’agit de la réserve de biodiversité Opasatica, d’une superficie de 334 km2, de la réserve de biodiversité Kakinwawigak, d’une superficie de 243 km2, de la réserve de biodiversité de la Moraine-d’Harricana, d’une superficie de 364 km2, de la réserve de biodiversité du Marais-du-Lac-Parent, d’une superficie de 518 km2, et de la réserve de biodiversité des Dunes-de-la-Rivière-Attic, d’une superficie de 98 km2;
    • Aujourd’hui même, le 17 août 2018, le gouvernement du Québec a annoncé son intention de créer quatre nouvelles réserves de biodiversité projetées dans la région de l’Outaouais : il s’agit de la réserve de biodiversité projetée Noire-Coulonge, d’une superficie de 847 km2, de la réserve de biodiversité projetée de la Rivière-Fortier, d’une superficie de 562 km2, de la réserve de biodiversité projetée Cabonga, d’une superficie de 208 km2, ainsi que de la réserve de biodiversité projetée Mashkiki, d’une superficie de 35 km2. Le gouvernement a aussi communiqué son intention de créer une réserve écologique dans une partie du domaine Kenauk, d’une superficie de 5 km2 
    • De même, Québec a annoncé son intention d’agrandir de 139 km2 le territoire des actuelles réserves de biodiversité projetées du Domaine-La Vérendrye et du Mont-O’Brien;
    • Aujourd’hui même, le 17 août 2018, le gouvernement du Québec fait connaître son intention de créer cinq réserves de biodiversité projetées dans la région de la Côte-Nord : la réserve de biodiversité projetée de l’Est-du-Caniapiscau, d’une superficie de 929 km2, la réserve de biodiversité projetée du Lac-Lutaud, d’une superficie de 810 km2, la réserve de biodiversité projetée du Lac-Matinipi, d’une superficie de 48 km2, la réserve de biodiversité projetée du Marais-de-la-Baie-de-Sept-Îles, d’une superficie de 25 km2, ainsi que la réserve de biodiversité projetée de l’Archipel-des-Sept-Îles, d’une superficie de 69 km2
  • Cette décision permettra de bonifier de 0,07 % le réseau d’aires protégées du Québec, qui atteint actuellement 9,40 %. De plus, la superficie des zones terrestres faisant l’objet de mesures de protection au Québec étant à 9,99 %, elle augmentera de 0,08 %, alors que l’objectif est de 17 %. La région administrative Côte-Nord augmentera de 0,33 % en aires protégées.
  • L’île d’Anticosti compte actuellement 24 aires protégées, les trois principales étant le parc national d'Anticosti ainsi que les réserves écologiques du Grand-Lac-Salé et de la Pointe-Heath. Toutes les activités industrielles y sont interdites. 
  • Le 22 juin 2018, le gouvernement du Québec a attribué une subvention de 400 000 $ à la Municipalité de L’Île-d’Anticosti pour la soutenir dans la préparation du dossier d’inscription à la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et pour soutenir les comités qui devront démontrer le caractère exceptionnel du site à l’échelle de la planète, de même que sa protection et sa gestion adéquates. Enfin, le bureau du premier ministre a annoncé la mise sur pied du Comité interministériel pour l’inscription d’Anticosti au patrimoine mondial. Ce comité a le mandat de coordonner les actions gouvernementales dans le cadre du montage du dossier de candidature de façon à respecter l’échéance fixée. 

Liens connexes : 

Pour consulter la carte des trois futures réserves de biodiversité projetées : 
www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/reserves-bio/anticosti/carte-reserves-projetees.pdf. 

Pour prendre connaissance de la liste des aires protégées au Québec : www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/aires_protegees/registre.

 

- 30 –

SOURCE :

Julien Marcotte
Attaché de presse
Cabinet de la ministre
du Développement durable,
de l'Environnement et de la Lutte
contre les changements climatiques
Tél. : 418 521‑3911

INFORMATION :

Relations avec les médias
Ministère du Développement durable,
de l’Environnement et de la Lutte
contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019