Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Québec.ca A propos du site Recherche English

Site d’enfouissement de matières dangereuses à Bécancour

Le Ministère met en place un plan d’action ministériel pour redresser la situation du site d’enfouissement de matières résiduelles dangereuses à Bécancour.

Ce plan d’action comporte des volets d’enquête, de gestion du site, de surveillance des eaux, de restauration du site et de communication.

Vous trouverez notamment dans cette page les résultats d’analyse de la surveillance de la qualité de l’eau potable, des eaux souterraines et des eaux de surface.


Actualités

Communiqués de presse

Documents connexes

Retour en haut

Résultats d’analyse

Les résultats des échantillonnages au site d’enfouissement de Bécancour, sont rendus disponibles au fur et à mesure qu’ils sont effectués par le Ministère.

Il est à noter que le Ministère ne diffuse sur son site Web que les résultats issus de ses propres analyses.

Eau potable

De 2013 à 2016, afin d’assurer la santé des citoyens et la protection de l’environnement, le Ministère effectuait un suivi rigoureux de la qualité de l’eau potable des puits résidentiels situés le long du chemin Louis-Riel, à proximité du site contaminé. Tout au long de cette période, les concentrations en fluorures mesurées pour deux des trois puits échantillonnés dépassaient les normes du Règlement sur la qualité de l’eau potable (1,5 mg/l).

À partir de 2016, le Ministère a augmenté la fréquence des campagnes d’échantillonnage, ainsi que le nombre de puits résidentiels échantillonnés. Ce suivi a été arrêté en juin 2018, les résidents visés par celui-ci ayant quitté de façon définitive leur propriété, à la suite de l’achat de celles-ci par la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour (SPIPB). 

Les résultats de ces échantillonnages sont rendus publics, dans la section ci-dessous.

Les résultats des campagnes d’échantillonnage de 2016, 2017 et 2018 indiquent que les deux mêmes puits d'eau potable que pour la période de 2013 à 2016 montrent un dépassement de la norme en fluorures. L’état actuel des connaissances ne permet pas au Ministère d’associer la contamination des puits de ces résidences avec la contamination en provenance du lieu de dépôt des résidus d’aluminerie (site contaminé).

Retour en haut

Eaux souterraines

L’étude hydrogéologique réalisée en 2012 a permis de dresser le portrait environnemental du site, notamment en ce qui a trait à la qualité des eaux souterraines. Une contamination des eaux souterraines, notamment par les chlorures, les fluorures et l’azote ammoniacal, a été observée. Le suivi de la qualité de l’eau souterraine a été réalisé annuellement entre 2013 et 2015 par l’intermédiaire de sept puits d’observation ceinturant le site afin de suivre l’évolution du panache de contamination. En 2017, la fréquence et le nombre de paramètres analytiques du suivi ont été augmentés.

Les campagnes d’échantillonnage des eaux souterraines de 2017 ont été réalisées par l’intermédiaire de cinq nids de puits, constitués de cinq puits aménagés dans les dépôts meubles et de cinq puits aménagés dans l’unité rocheuse (roc) ceinturant le site. Ces cinq nids de puits sont identifiés comme suit sur la carte ci-dessous : PO12-9-D, PO12-11-D, PO12-12-D, PO12-13-D et PO12-16-D. Un nid de puits correspond en fait à plusieurs puits d'observation installés à diverses profondeurs dans des forages individuels rapprochés les uns des autres. En 2018, trois nouveaux nids de puits ont été ajoutés aux cinq déjà existants. Il s’agit des puits P012-2D, PO12-3D et P-1(1A) sur la carte. Ainsi, deux nids de puits sont situés directement dans les cellules (P012-2D et PO12-3D) et un nid de puits est situé en amont des cellules (P-1(1A)). Ces nouveaux nids de puits, qui s’ajoutent au suivi des puits de surveillance déjà en place, permettent de documenter davantage la contamination du site.

Les paramètres du suivi des eaux souterraines sont les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les métaux, l’azote ammoniacal, le chrome hexavalent, les cyanures disponibles, les cyanures totaux, les chlorures, les fluorures, les nitrates, les nitrites, les sulfures, le phosphore total et le pH. Les résultats d’analyse sont compilés dans les tableaux suivants. Les critères d’interprétation des résultats d’analyse ont été définis en fonction des récepteurs potentiels pour les eaux souterraines. Les critères de résurgence dans les eaux de surface du Guide d’intervention - Protection des sols et réhabilitation des terrains contaminés ont été retenus pour l’unité de dépôt meuble, et les critères d’eau de consommation pour les eaux prélevées dans l’aquifère rocheux.

Des dépassements en manganèse et en arsenic du critère eaux de consommation (présenté dans le Guide d’intervention - Protection des sols et la réhabilitation des terrains contaminés) ont été mesurés sur l’ensemble des puits d'observation, alors que des dépassements en sodium ont été mesurés sur trois puits d'observation aménagés dans l'unité rocheuse. Il est à noter que les concentrations en arsenic mesurées sont bien en dessous des normes d’eau potable réglementaires alors que les objectifs définis pour le manganèse et sodium sont d’ordre esthétique. Des concentrations en manganèse et sodium sont retrouvées de manière naturelle dans les eaux souterraines de la région de Bécancour à des concentrations similaires à celles mesurées dans les puits d’observation entourant le site. La poursuite du suivi permettra de mieux déterminer l’impact du site sur la qualité des eaux souterraines.

En 2018, des dépassements ont été observés dans les puits échantillonnés au niveau des cellules (Voir P012-2 et P012-3 sur la carte ci-dessus). Ces résultats étaient toutefois attendus, compte tenu de la position de ces deux nouveaux puits. Les valeurs obtenues sont également comparables à celles obtenues en 2012. La contamination observée au niveau des puits de surveillance en place en 2017 (PO12-9-D, PO12-11-D, PO12-12-D, PO12-13-D et PO12-16-D) demeure, pour la majorité des paramètres, sous les normes retenues et similaire à ce qui avait été observé dans les campagnes précédentes.

Retour en haut

Eaux de surface

L’étude hydrogéologique réalisée en 2012 a permis de dresser le portrait environnemental du site, notamment en ce qui a trait à la qualité des eaux de surface. Le suivi de la qualité des eaux de surface du fossé longeant le site a été réalisé annuellement entre 2013 et 2015. La fréquence du suivi a été augmentée à quatre fois par année en 2017, puis revue à trois fois par année en 2018.

Lors des campagnes d’échantillonnage de 2017 et 2018, deux échantillons d’eaux de surface ont été prélevés dans le fossé longeant le site entre le lieu de dépôt et le chemin Louis-Riel. Ces deux échantillons ont été prélevés à l’endroit des points S12-6 et S12-9 qui figurent sur la carte des nids de puits du site (PDF, 999 ko).

Les paramètres du suivi des eaux de surface sont les métaux, l’azote ammoniacal, le chrome hexavalent, les chlorures, les fluorures, les nitrates, les nitrites, les sulfures, le phosphore total et le pH. Les résultats d’analyse sont compilés dans les tableaux suivants.

Des dépassements des critères de qualité d’eau de surface ont été mesurés dans les échantillons d’eaux de surface prélevés dans le fossé longeant le site, et ce, au niveau du lieu de dépôt et en bordure du chemin Louis-Riel pour l’aluminium, le fer, l’azote ammoniacal et les fluorures. Les concentrations mesurées pour ces paramètres sont toutefois similaires à celles mesurées depuis 2013 et inférieures à celles mesurées lors de l’exploitation du lieu de dépôt. La poursuite du suivi permettra de mieux déterminer l’impact du site sur la qualité des eaux de surface.

Retour en haut

Appels d'offres et contrats accordés par le Ministère

Les travaux de décontamination et de sécurisation du site d’enfouissement de Bécancour visent à mettre en place une solution pour éviter la contamination des eaux souterraines et des eaux de surface situées à proximité. Voici les pages du Système électronique d’appel d’offres du gouvernement du Québec (SEAO) relatives aux contrats accordés :

 


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018