Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Recherche Quebec.ca
Navigation par thématique
Menu de la section air

Faits saillants

Février 2021 : le deuxième hiver le plus doux en cent ans au Québec

L’hiver qui a pris fin a été le deuxième plus doux en cent ans d’observations au Québec, 4,9 °C plus doux que la normale de 1981-2010 et 1,1 °C sous la douceur record de l’hiver 2010, entre décembre et février. L’anomalie moyenne a été de 3,8 °C au sud de la province cet hiver, au troisième rang des plus doux observés, à 1,0 et 0,1 °C des hivers 2010 et 2016. Le douzième plus doux décembre, la douceur record de janvier et le quinzième février le plus doux des cent dernières années ont marqué cet hiver 2020-2021, au Québec. En février, l’anomalie moyenne a été de 3,5 °C à l’échelle du Québec, la plus élevée depuis 2010, et de 1,9 °C au sud de la province, une valeur qui, depuis, avait été surpassée en 2012, 2013, 2017 et 2020. Seuls 11 jours ont été plus froids que la normale cet hiver, la moitié de ceux-ci durant les deux dernières semaines de février. Des séquences de 32 et 23 jours plus doux que la normale se sont succédé à deux jours d’intervalle jusqu’à la mi-février, offrant à trois reprises en trois semaines (14 et 15 janvier et 5 février) l’anomalie moyenne quotidienne la plus élevée des quatre dernières années au Québec (14,8 °C). L’hiver 2009-2010, le seul plus doux que celui de cette année, avait pavé la voie à l’année la plus chaude des archives climatiques du Québec. Il sera donc intéressant de voir la suite de l’année 2021. Les 12 derniers mois ont aussi offert l’été le plus chaud jamais observé au Québec.

Février 2021 en chiffres
2e  hiver le plus doux en 100 ans au Québec, entre décembre et février
3,5  °C plus doux que la normale de février au Québec
1,9  °C plus doux que la normale de février au sud du Québec
92  % du contenu en eau normal dans le couvert de neige au sud du Québec, avec 151 mm
101  % du contenu en eau normal dans le couvert de neige au sud-ouest du Saint-Laurent, avec 118 mm
215  % de la neige normale en février par endroits (Outaouais, Laurentides, Montérégie et Mauricie)
91  % de la neige normale en février au sud du Québec, avec 31 cm (86 % au Québec, 27 cm)
59  % de la pluie normale en février au sud du Québec, avec 2 mm
31  cm de neige en février en moyenne au sud du Québec
110  cm de neige en février dans Charlevoix et en Chaudière-Appalaches, par endroits

Le contenu en eau du couvert de neige a atteint 92 % de la normale à la fin février en moyenne dans les régions sondées au sud du Québec (151 mm), son plus bas niveau à ce stade de l’année depuis 2011. Au sud-ouest du Québec, il représentait tout de même 95 % du niveau observé au même moment en 2017 et 2018, mais 70 % de celui de 2019 et 2020. Toute conclusion concernant l’intensité de la crue printanière à venir serait toutefois hâtive. En effet, le contenu en eau avait continué de s’accroître plus que la normale en mars 2017, 2018 et 2019, mais avait décru en 2020. La faible quantité de pluie printanière avait aussi fortement atténué l’impact d’un contenu en eau élevé en 2018 et 2020, contrairement à la situation observée en 2017 et 2019. Cette année, le contenu en eau du couvert de neige a rattrapé la normale dans les bassins versants du sud-ouest (140 mm) et du nord-ouest du Saint-Laurent (188 mm) et il s’en est approché à 11 mm près sur celui de la rivière des Outaouais (137 mm). Ce quatrième mois d’affilée plus doux que la normale a apporté davantage d’humidité dans l’extrême sud de la province et beaucoup de neige, jusqu’au double de la normale par endroits, en Outaouais, dans les Laurentides, en Montérégie et en Mauricie. Le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie ont aussi reçu plus de neige que la normale en février, mais le contenu en eau du couvert de neige y est demeuré 30 mm sous la normale. Plus au nord, la neige a été moins abondante que la quantité normalement attendue en février.

Tout comme en janvier, les températures plus douces que la normale ont tout de même favorisé les précipitations solides aux dépens de la pluie, qui s’est faite plutôt rare. Montréal et la Montérégie ont reçu de 20 à 30 mm de pluie, mais celle-ci a été deux fois moindre que la normale au sud de la province. Dans les régions de l’extrême sud, une partie de la pluie attendue est tombée sous forme de neige, plus abondante que la normale au sud de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière et de la Mauricie, en Montérégie, en Chaudière-Appalaches, au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie. Dans ces régions, le total mensuel de neige a généralement été de 40 à 75 cm et a dépassé 115 cm par endroits dans Charlevoix et en Chaudière-Appalaches. Ce mois a été 15,2 °C sous le point de congélation en moyenne à l’échelle de la province, une température moyenne d’ailleurs 2,4 °C plus froide qu’en janvier, normalement le mois le plus froid de l’année, au Québec. Plus au nord, le total de nouvelle neige a été plus faible, de sorte que la moyenne québécoise a été de 86 % de la normale (27 cm). En Montérégie et en Estrie, les précipitations ont été insuffisantes pour résorber les conditions de sécheresse à long terme observées depuis mai, mais le contenu en eau était désormais normal dans le couvert de neige, ce qui permet d’entrevoir une certaine recharge au printemps.

Chronologie des événements

Du 1er au 7 février, la première semaine de février est plus douce que la normale par 6,6 °C au sud de la province et par 8,6 °C à l’échelle du Québec. À cette échelle, la séquence s’étend sur 23 jours, entre le 21 janvier et le 12 février, période durant laquelle l’anomalie moyenne est de 5,7 °C. L’anomalie moyenne de 14,8 °C observée les 14 et 15 janvier et qui est alors la plus élevée en quatre ans au Québec, est de nouveau atteinte le 5 février. Il s’agit de la journée la plus douce du mois à cette échelle, avec une température moyenne de -4,7 °C. Le même jour au sud de la province, l’anomalie moyenne atteint aussi un sommet pour ce mois, à 11,3 °C, et la température moyenne est alors tout juste supérieure à -4,2 °C. Toutefois, le 23 sera plus doux.

Les 2 et 3 février, alors que l’air chaud prend place au sud de la province, une tempête hivernale recouvre de 25 à 45 cm de neige la Montérégie, la Chaudière-Appalaches, le Bas-Saint-Laurent et la Côte-Nord, les précipitations atteignant jusqu’à 84 cm au nord-est de la Gaspésie.

Du 8 au 12 février, le sud du Québec est 1,7 °C plus froid que la normale, alors que la température à l’échelle de la province est plutôt 2,1 °C au-dessus de la normale. Le 9 est la journée la plus froide du mois au sud de la province, avec une température moyenne de -18,3 °C. Ce titre appartient au 13 pour l’ensemble du Québec, avec une température moyenne de -19,9 °C, lors de la seule journée sous la normale des 15 premières de février à cette échelle. On repasse légèrement au-dessus de la normale le 14 au sud de la province et les 14 et 15 à l’échelle du Québec.

Les 15 et 16 février, une tempête hivernale laisse de 15 à 30 cm de neige par endroits dans la majorité des régions du sud du Québec, alors qu’une masse d’air froid s’installe et fait de nouveau chuter la température sous la normale.

Les 17, 18 et 19 février sont les journées les plus anormalement froides de ce mois, avec une anomalie moyenne de -3,5 °C les 17 et 18 au sud de la province et de -1,3 °C à l’échelle du Québec les 18 et 19. Ce ne sont pas les journées les plus froides de ce mois malgré ces anomalies négatives, la normale quotidienne s’étant déjà quelque peu réchauffée depuis le début février. La température moyenne est tout de même près du minimum mensuel, à -19,5 °C au Québec le 18 et à -17,3 °C au sud de la province les 17 et 18.

Du 21 au 24 février, chaque jour est plus doux que la normale, par une moyenne de 7,8 °C au Québec et de 5,6 °C au sud de la province. Les 22 et 23 sont notamment 10,1 °C plus doux que la normale à l’échelle du Québec, avec une température moyenne de -7,1 °C. Le 23 est d’ailleurs la journée la plus douce du mois au sud de la province, avec une température moyenne de -3,8 °C, soit 8,1 °C de plus que la normale.

Le 24 février, le sud de l’Outaouais et la Beauce reçoivent de 15 à 25 cm de neige. Entre ces deux régions, c’est un mélange de 5 à 10 cm de neige et de près de 10 mm de pluie qui touche Montréal, Laval, la Montérégie et le Centre-du-Québec. Les 25 et 26, une masse d’air froid ramène alors la température près de la normale à l’échelle du Québec et à 1,4 °C sous la normale au sud de la province.

Les 27 et 28 février, un froid extrême touche le Nunavik, alors que la température minimale descend sous les -40 °C par endroits, soit 5 à 10 °C sous la normale de ce territoire nordique. Alors que 10 à 15 cm de neige tombent sur les régions au nord du Saint-Laurent et à l’est du Québec, dont plus de 25 cm dans Charlevoix, en Chaudières-Appalaches et sur la pointe de la Gaspésie, on observe des précipitations mixtes en allant vers le sud et des précipitations uniquement liquides, à hauteur de 10 mm, au Centre-du-Québec et en Montérégie. D’ailleurs, par endroits, l’extrême sud vit une douceur record pour un 28 février, le maximum quotidien atteignant jusqu’à 8,4 °C au Centre-du-Québec (Laurierville), un maximum record local pour un 28 février en plus de 90 ans d’observations.

Hiver 2020-2021 : une fin février plus près de la normale laisse l’hiver au deuxième rang des plus doux observés, derrière l’hiver 2010

L’hiver climatologique a été 4,9 °C plus doux que la normale à l’échelle du Québec et par un écart de 3,8 °C au sud de la province, de décembre à février. Cet hiver aurait atteint le premier rang des plus chauds au Québec, n’eût été les trois dernières semaines de février, plus près de la normale bien que 2,0 °C au-dessus. Le seul hiver plus doux, en 2010, s’était plutôt terminé avec un mois de février d’une douceur record, à la suite d’un début d’hiver plus froid que cette année. L’hiver 2016 avait été d’une douceur similaire à cette année au sud de la province, le mois de décembre le plus doux des archives climatiques à cette échelle compensant pour des mois de janvier et février plus froids que cette année. Au sud du Québec, les cinq hivers les plus doux en cent ans ont été observés ces 24 dernières années (1998, 2002, 2010, 2016 et 2021), trois autres hivers récents (2017, 2011 et 2020 à égalité au dixième rang) s’ajoutant au top 10 à la suite de trois plus anciens (1933, 1953 et 1969). Avec un territoire aussi vaste, le classement diffère sensiblement à l’échelle du Québec, mais six hivers récents (1998, 1999, 2010, 2011, 2016 et 2021) se retrouvent aussi parmi les dix plus doux, l’hiver 1969 se hissant au troisième rang.

Dans la région hydrographique de l’Outaouais et de Montréal, l’hiver qui se termine a livré la neige attendue (136 cm, +1 cm) et pratiquement autant de pluie (38 mm, -6 mm) que la normale. Les bassins versants du nord-ouest du Saint-Laurent ont quant à eux reçu des précipitations normales, avec toutefois un peu moins de neige (119 cm, -12 cm) et plus de pluie (61 mm, +13 mm). L’impact des températures plus douces sur la répartition des précipitations s’est particulièrement fait sentir en Gaspésie et sur la Côte-Nord, où la neige s’est faite de 25 à 50 % plus rare que la normale et la pluie de deux à quatre fois plus abondante que la normale. La douceur a de plus laissé le golfe du Saint-Laurent sans glace. L’hiver a ainsi apporté moins de neige que la normale à l’échelle du Québec (105 cm, -20 cm) et au sud de la province (115 cm, -31 cm), où le Noël le plus pluvieux jamais observé a mené à un surplus de pluie (44 mm, +10 mm).

En remontant jusqu’à octobre 2020, pour couvrir l’ensemble de la saison froide, l’anomalie moyenne a été de 3,0 °C au Québec et de 2,4 °C au sud de la province. Le déficit de neige durant l’hiver compte pour beaucoup dans celui observé depuis octobre, à l’échelle du Québec (155 cm, -27 cm) et au sud de la province (165 cm, -23 cm), où le surplus de pluie hivernale est aussi responsable de celui observé depuis le début de la saison froide (183 mm, +14 mm).

Température maximale (°C)
Température moyenne (°C)
Température minimale (°C)
Pluie totale (mm)
Neige totale (cm)
Neige au sol (cm) Valeurs observées
Température maximale (°C) - Anomalie
Température moyenne (°C) - Anomalie
Température minimale (°C) - Anomalie
Pluie (%) Pourcentage de la normale
Neige (%) Pourcentage de la normale
Neige au sol (%) Pourcentage de la normale
TTempérature maximale (°C) - Classification
Température moyenne (°C) - Classification
Température minimale (°C) - Classification
Sommaire mensuel géostatistique pour le Québec
Février 2021 Moyenne Anomalie
(réf. 1981-2010)
Classification
(réf. 1981-2010)
Température maximale (°C) -9,7 3,5 Chaud
Température moyenne (°C) -15,2 3,5 Chaud
Température minimale (°C) -20,6 3,7 Chaud

Sommaire nivométrique géostatistique pour le Québec
Région hydrographique Neige au sol, fin février 2021 Précipitations
Épaisseur moyenne
(cm)
Équivalent en eau (mm) Neige février (cm) Pluie février (mm)
Moyenne Anomalie
vs 1963-2015
Variation
mens.
Outaouais et Montréal 55 137 -11 45 42 6
Saint-Laurent sud-ouest 40 118 1 57 54 10
Saint-Laurent nord-ouest 67 188 -1 70 40 3
Saint-Laurent sud-est 69 146 -31 79 67 4
Baie des Chaleurs et Percé 74 152 -29 84 74 2
Saguenay—Lac-Saint-Jean 67 132 -28 48 23 1
Côte-Nord 57 - - - 24 0
* Sud du Québec 60 151 -16 59 31 2
* Au Québec 58 - - - 27 1
Évaluation de la page En savoir plus

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile